Warning: Declaration of WPSDAdminConfigAction::render() should be compatible with WPSDWPPlugin::render($ug_name, $ug_vars = Array, $action = NULL) in /homepages/46/d232314701/htdocs/moto/wp-content/plugins/wp-stats-dashboard/classes/action/WPSDAdminConfigAction.php on line 42
Alès, 19 au 21 aout – Cochise #134

Revenir à Saison Promo-Découverte 2011

Alès, 19 au 21 aout

Compte rendu du weekend de course à Alès, 7ème manche de la saison (la 4ème pour moi, car je n’ai pas fait Croix en Ternois, Magny-Cours et Le Mans), catégorie promo-découverte.

Course à domicile !

Ce weekend de course, les 20 et 21 aout, sera un peu différent des autres, pour plusieurs raisons : Il s’agit, de tous les circuits de la saison, de celui que je connais le mieux, pour y avoir effectué un stage de pilotage (en 2004, avec MONSIEUR Kévin Schwantz en personne comme professeur !!) et 5 ou 6 journées de roulage entre temps. De plus, c’est un peu la course à domicile, le circuit étant situé à une soixantaine de bornes de la maison et, surtout, à moins de 15 km de chez papa et maman ! Autrement dit : Cette fois, pas de camping, ni de sandwiches préparés 2 jours à l’avance. Ça va être vrai lit, avec du vrai silence, vrais repas de qualité, douche confortable…. La seule contrepartie à se surcroit de confort est la perte d’une partie de l’ambiance paddock. Mais bon, pour une fois…
Pour couronner le tout, ça sera le premier weekend où j’ai autant de supporters. Les collines environnant le tracé d’Alès entièrement rouge et blanches, des n°134 frénétiquement agités, des acclamations assourdissantes à chaque fois que le speaker mentionnait mon nom…
Heuu…. Non… Je m’égare. Ça, ça devait être dans un rêve !! Mais quand même, 7 ou 8 supporters par course,  c’était bien sympa !

Les préparatifs et le chargement seront un peu simplifiés par rapport à d’habitude : Pas de tente, matelas, duvets, pas la nourriture pour 3 jours. Du coup la voiture parait si peu chargée que j’ai l’impression d’oublier des trucs ! Mais bon, la check list est OK, donc ça doit le faire !

Autres changements, mais pas dans le bon sens cette fois (enfin, si, mais pas du point de vue weekend de course) : Vu que je retravaille à temps complet pour quelque temps, et que j’aimerais que ça dure, je n’ai posé que le vendredi après-midi, ce qui me permettra d’être sur place au mieux aux alentours de 15h. De plus, Kévin, mon fidèle et maintenant bien rodé assistant, a eu une proposition de mission intérim pour le samedi matin. Je vais donc partir seul. Pas super grave dans la mesure où il y a moins de matos à installer, mais ça sera plus gênant pour les vérifs techniques et les qualifs…

Je quitte donc le boulot à 12h30. Le temps de rentrer, manger et charger les dernières babioles dans la voiture, et zou, c’est parti aux alentours de 14h. Une petite heure plus tard, me voilà au Pôle Mécanique. Personne à l’entrée, je m’avance… Houla ! Mais le paddock est plein comme un œuf !! Petit coup de fil à Stéphane (Hagaryo sur Motopiste), au cas où il y aurait une place près de lui.
Ho que non, c’est plein. Mais il reste un peu de place tout en bas, dans le tout premier parking, de toute façon je suis pas loin.
En effet, il reste de la place dans le petit parking accolé au bâtiment de location des karts. Mais il ne faudrait pas qu’il y ait une quinzaine de concurrents de plus !

Je vais me garer à la suite des derniers installés. A peine arrivé, j’ai droit à un accueil enjoué de mes nouveaux voisins, un jeune pilote et son père. Ce dernier m’aborde à peine sorti de la voiture :
– Alors ? on appelle les indiens ?
– Heuuu… ? Pardon ?
– Tu n’es pas Cochise ?
Ha ben si (c’est mon pseudo sur internet) !!! Du coup c’est quelqu’un qui me connait soit par le forum Motopiste soit par ce site.
En fait il s’agit de Romain Degouy, qui fait ici sa première course, sur une ZX-9R de 2001 (n° 42), alias darshan sur Motopiste, et de son père. Ils m’ont connu par ce site, (voir commentaires du CR de la course à Nogaro, ), puis Romain s’est inscrit sur Motopiste. En fait, ils ont reconnu la moto quand ils m’ont vu arriver.
En tout cas, ce genre d’accueil fait toujours plaisir ! On fait rapidement connaissance. Romain est avec un pote : Fabien Perissoutti n° 105, sur Kawa également. Ils font ensemble leur première course. Ils sont en tout cas tous bien sympas, et j’espère les retrouver à Lédenon, les 10 et 11 septembre…

Bon, c’est pas le tout de papoter, mais il reste quand même à tout déballer, se présenter aux divers contrôles, sans oublier le briefing à 15h30.
Le contrôle administratif n’est qu’une formalité. Je croise au retour Stéphane, qui m’annonce (sans que ce soit vraiment une surprise !) que les roulages sont particulièrement pénibles, à cause de la chaleur suffocante. J’avoue que déjà, en short, il fait très très chaud, alors je préfère même pas imaginer ce que ça peut donner avec l’équipement complet plus l’effort de la course !!
Je fais également connaissance en vrai (car nous nous connaissons déjà par internet !) avec Christian Cornelis (n° 167, GSX-R 1000). Je l’arrête alors qu’il passe devant moi en moto. Mais lui ne me reconnais pas. Normal : Il ne connait que ma moto et là je suis à pied. Il me montre son emplacement afin que je puisse l’y retrouver plus tard, car là il va au CT.
Le briefing est lui aussi très classique, hormis un petit laïus sur l’intérêt que nous avons à nous montrer « responsables », dans tous les sens du terme, tout au long du weekend, car nous avons eu la chance d’être accueillis cette année sur 2 circuits internationaux (Magny-Cours et Le Mans), alors que pour eux, nous ne représentons pas grand-chose au vu du gratin qu’ils ont l’habitude de recevoir (SBK Mondial, Moto GP, Bol d’Or, 24h du Mans)… Jusqu’à maintenant je n’avais pas spécialement eu l’impression de camper au milieu d’une bande de sauvages pourtant !

Vient l’heure du contrôle technique… Comme il fait très chaud, plutôt que de faire comme d’habitude, à savoir d’abord la moto, puis un deuxième trajet pour l’équipement, je décide de faire tout d’un coup et de m’économiser un trajet. Mais vu que je suis seul, ça ne sera pas forcément une bonne idée ! Bottes, combi enfilée jusqu’à la taille, dorsale, gants et documents glissés dans la combi, bas de carénage au bras… un peu galère pour y aller et, une fois sur place, pour avancer peu à peu en attendant mon tour ! Cela va d’ailleurs me couter un bout de levier de frein avant : Il avait été réparé à Nogaro et tenait très bien le coup depuis, mais là, en appuyant la moto contre un mur le temps de faire inspecter l’équipement, il a cassé ! Mais bon, le contrôle est passé, faudra juste réparer avant les qualifs, prévues pour moi (je suis dans la 1ère série) le lendemain à 9h.
En fait, c’est le père de Romain qui va me dépanner, en me proposant un colle adaptée aux métaux, et si ça ne suffit pas, de la pâte bi-composant afin de refaire carrément l’embout. Un grand merci à lui !! A priori la colle fait l’affaire, on verra ce que ça donne une fois bien prise…

Stéphane et sa femme viennent me rendre visite, et on tape la discute un bon moment autour d’une bière. On discute un peu de nos projets pour l’an prochain, même si rien n’est bien précis pour l’instant… Mais bon, c’est toujours agréable de discuter d’une passion commune, et Stéphane, la piste, il a ça dans la peau !!
Je rends à mon tour visite à Christian, afin de faire un peu mieux connaissance. Nouvelle discussion, autour d’une Despé cette fois ! Tiens : il fait stand commun avec Christophe Loiry (GSX-R 1000 également, n°195), avec qui j’avais brièvement discuté à l’arrivée de la toute première course à Nogaro, suite à un petit tirage de bourre sur piste mouillée !
Je termine mon tour du paddock pour essayer de voir d’autres connaissances (mine de rien il y en a chaque fois un peu plus !) : Denis Tacco, Thierry Cheynoux (Tripou63 sur Motopiste), qui ne pourra malheureusement pas courir : problème technique survenu lors des séances d’essais libres… Dommage… Vincent Zaragoza, qui marche très fort en promo 500, et son frère, qui étaient sympathiquement venus nous offrir une bière après la première course de Nogaro, afin de fêter mes premiers points !!! Un bon souvenir !
Bon, il commence à se faire un peu tard, il est temps de filer : Je mange chez mes parents, je vais pas me pointer trop tard quand même ! Le père de Romain me dit de ne pas m’inquiéter pour le matos que je laisse sur place, il veille au grain ! Super sympa !

 

Qualifs sans surprise

Après une bonne nuit de sommeil, mais un petit déjeuner toujours aussi difficile à avaler à même pas 2 heures des qualifs, je repars sur le circuit un peu avant 8h. Bonne surprise : mon père m’accompagne. Je serai pas seul !! C’est pas qu’une aide extérieure soit vraiment indispensable, mais c’est toujours plus agréable, et quand même plus pratique… Un petit test de l’embout de levier de frein. Bah, ça a l’air d’aller. Je force pas comme un sourd, mais ça résiste pas mal on dirait.
L’heure tourne, il est temps de partir en prégrille pour les qualifs (après le footing d’échauffement/destressage devenu systématique !). Je prends place, arrive parmi les premiers, et coupe le moteur. J’enlève casque et gants afin de maintenir un peu de fraicheur. Il n’est que 9h, mais ça commence déjà à pas mal chauffer, surtout avec le soleil qui tape sur le cuir noir ! On nous fait signe : je démarre le moteur et remet l’équipement… jusqu’à ce qu’on nous fasse signe de couper : L’arrêté préfectoral impose 2 médecins sur place, et un seul est arrivé. Super !! On va attendre une bonne dizaine de minutes de plus ! Enfin, on finit par partir. Bizarrement, la prégrille est à contresens par rapport à la voie des stands, et il y a un virage bien serré à faire pour la rejoindre !
La séance se passe sans histoire : Les pneus sont OK, je connais assez bien la piste, pas de chute apparemment… Juste la chaleur, qui est quand même relativement importante compte tenu de l’heure qu’il est. Ca promet pour cet aprem, où la course est prévue à 16h (enfin, si je suis en finale A…).
La séance se termine. Le père de Romain m’annonce, lorsque je quitte la piste, que je suis 16ème, en 1’25″2, ce qu’il a sans doute vu sur l’écran de contrôle. Ma première réaction, très naïve, est de me dire : Ben c’est bon, 16ème sur 60, je suis en finale A !! Ouais, sauf que c’est 16ème sur 30, je suis au milieu : Il faut attendre les résultats de la 2ème série pour savoir dans quelle finale je serai. Si la 2ème série est plus rapide, ça sera la finale B…
J’avoue que, sur un circuit que je connais, ça me ferait râler. Par contre, si c’est le cas, ça sera toujours l’occasion de viser le podium, chose quasi impossible en finale A !
Le classement officiel me placera en fait 15ème, en 1’24″871 (réalisé dans le dernier tour), mais surtout 24ème au général des 2 séries, donc en finale A. Ouf !!
Mauvaise surprise en béquillant la moto : Je m’aperçois que j’ai perdu l’embout de levier ! Du coup, la « seule » solution rapide consiste à demander la pate bi-composant aux sympathiques voisins, de façon à reconstituer la boule manquante. Ce sera chose faite après être allé récupérer les feuilles de classement général des qualifs, en prenant soin de marquer de coups de scie à métaux le bout de levier restant, afin d’assurer une bonne prise de la pate. Plus qu’à laisser durcir.
Ça tombe bien : il est l’heure d’aller prendre une bonne douche et un bon repas (avec un apéro, très léger quand même, faut pas pousser !!), suivi d’une tentative de sieste, mais je n’arriverai pratiquement pas à dormir…

Qualifs Alès 2011


Quelques photos prises durant les qualifs.

Le tracé du circuit

Classement général des qualifs

 

Finale 1, dans la fournaise

Retour sur le paddock autour de 14h, armé d’une bombe de peinture pour repeindre l’embout de levier refait. Cette fois mon père ne m’accompagne pas, mais viendra pour la course.
La chaleur est devenue très forte. A vue de nez, au dessus des 35-36°C. Pas grand-chose à faire et pas envie de trop bouger, je décide de faire une petite sieste (vu que la première n’a pas été très réussie !), avant que les collègues arrivent. Mais à peine allongé, j’entends des motos approcher (et l’échappement plutôt libre de la VFR 750 de mon pote Fabrice est assez peu discret !). Ce sont eux, la sieste sera pour une autre fois !
4 supporters d’un coup, ça se soigne : Ils ont droit à une bière et même à un café, en plus ça me distrait un peu du stress de la course.
Kévin et Mimi arrivent un peu plus tard, suivis peu après par mon père.
Avec tout ça, l’heure a tourné, la 1ère Finale B est déjà en prégrille, il est temps de lancer la « procédure de départ » (boisson, footing, équipement, départ pour la prégrille !).
Au moment de démarrer la moto pour y aller, je me rends compte qu’on n’entend plus les motos de la finale B tourner. Aïe, ça sent le drapeau rouge et le retard… J’y vais quand même, mais avant d’entrer en prégrille, je demande à l’un des officiels s’il va y avoir du retard. Mais il me répond « Non, c’est bon, allez-y ». OK. Je coupe le moteur, mais n’entends toujours aucun bruit de moteur provenant de la piste. Soit c’est terminé soit il va y avoir un second départ, avec un bon moment d’attente en plein cagnard en prime… Evidemment, c’est le 2ème cas qui se présente : Ils repartent pour 10 tours, plus la procédure de départ,  ça doit faire bien 20 minutes à patienter, avec cette chaleur horrible. Heureusement, Kévin avait pris la béquille : On peut laisser la moto et s’asseoir à l’ombre d’une voiture !
La finale B se termine, avec une belle 2ème place de Charles Mognetti (Un presque voisin, que j’avais connu à Lédenon, et à cause de qui j’ai le n° 134 au lieu du 34 !!).

C’est à nous. Je pense que les pneus ne vont pas mettre 3 tours à chauffer !!! Je m’élance de la 24ème position, à droite de la piste. Mon départ est relativement réussi, par contre j’ai été obligé de doubler par la droite et rentre dans le 1er grand droite rapide complètement à l’intérieur, m’obligeant à réduire ma vitesse pour ne pas élargir ma trajectoire et venir gêner (ou pire !) ceux qui sont sur la bonne, et rentrent donc plus vite et ne vont pas tarder à rejoindre la corde… Au final, je n’aurai gagné que 4 places dans ce premier tour. Plusieurs dépassements (à mon avantage ou non !) font que je ne suis pas du tout en mesure d’évaluer mon classement. Vers le 3 ou 4ème tour, un pilote me fait l’intérieur au freinage du droite (n°6 sur le plan) qui précède l’épingle la plus lente du circuit, mais perd l’avant aussitôt, et tombe moins d’un mètre devant moi ! Heureusement, ça passe sans encombre pour moi, mais il n’aurait pas fallu qu’il tombe une seconde plus tôt !
Ensuite, une bagarre un peu bizarre avec un pilote en S 1000 RR (200 cv donc…) : Il va me passer 2 fois sur des freinages en bout de lignes droite, mais à chaque fois sans pouvoir tourner à temps, obligé de rentrer très large dans les virages, et je le reprends donc immédiatement. Mais pendant plusieurs tours je ne serai pas tranquille, craignant un nouveau freinage raté de sa part qui pourrait se terminer plus mal ! En fait, il est tombé (ou a abandonné) au 10ème tour.
Quelques chutes, plus un dépassement réussi à 3 tours de la fin m’amèneront à la 16ème place, en ayant légèrement amélioré mon chrono en 1’24″550, à un poil plus de 4″ du meilleur tour en course (Jannis Van Der Slikke, en 1’20″382). Par contre, je termine dans un état d’épuisement impressionnant, la chaleur suffocante étant en grande partie responsable.
La moto aussi a eu très chaud : l’eau bout dans le vase d’expansion, et le voyant rouge s’est allumé durant les 2 derniers tours…
Après quelques minutes pour récupérer, et quelques giclées d’eau sur le crane pour me rafraichir, je dis au revoir aux collègues (merci Guy, Fabrice, Franck et Christophe, pour votre visite ! Bravo Christophe, pour ta patience face à nos moqueries incessantes sur les BM 😉 !!!).


Petite vidéo pendant la course 1. Merci Franck 😉

Petit tour du paddock afin de voir les collègues après la course : Stéphane l’a trouvée extrêmement épuisante, mais réussi une très belle 7ème place ! Je vais voir Christian, qui n’est pas très loin. Je luis demande comment ça c’est passé, mais il me montre sa moto. Aïe, en effet, elle est beaucoup moins jolie… Il me semblait avoir reconnu sa moto dans une chute, mais je n’en étais pas sûr du tout.
Voilà, c’est terminé pour aujourd’hui. Un p’tit détour par la tour de contrôle pour récupérer les feuilles de résultats, et on rentre chez mes parents, ou à coup sûr un bon repas nous attend !!!
Pas trop à se stresser pour demain : la course est à 11h30, ça laisse du temps, et il devrait quand même faire un peu moins chaud, ce qui ne peut pas faire de mal !

Alès, Course 1


La finale 1

Résultats finale 1
Chronos tour par tour
Classement tour par tour

 

Du léger mieux en finale 2

Après une bonne nuit réparatrice, retour sur le circuit vers 9h30, accompagné de Mimi et Kévin. Mais d’autre supporters vont nous rejoindre : Mon frère, puis ma sœur et mon beau frère, mon père, et enfin 2 amis de mon frère.
Je pars avec Kévin et mon frère à la recherche de Laury Fremy, histoire qu’il jette un œil et me dise s’il y a moyen d’avoir un peu mieux coté réglages de suspensions. Malheureusement, son verdict n’est pas très encourageant: Il connait bien cette moto pour avoir couru avec en 2000. Les suspensions d’origine sont vite limitées sur circuit, et elle est, selon lui, déjà plutôt bien réglée. Pour avoir mieux, il faudrait investir dans un amortisseur arrière et une préparation de fourche… Comme je ne sais pas ce que je fais l’an prochain, et que cette année il ne restera qu’une course, la moto restera comme ça. Reste à essayer d’en tirer le meilleur…

Pendant que je cherche Laury Fremy, un individu suspect tente de subtiliser la bête !!!

Avec tout ça, l’heure de se préparer arrive assez vite. Je pars en prégrille avec Kévin et mon frère. Cette fois l’horaire sera respecté, d’autant plus facilement que la finale B est arrêtée sous drapeau rouge après 10 tours, au lieu des 15 prévus (de nombreux pilotes s’étant apparemment plains de la  difficulté de la première course à cause de la chaleur, la 2ème course sera amputée d’1 tour…).
Nous entrons donc en piste pour les classiques tours de formation puis de chauffe et nous retrouvons aux ordres du starter (ou plutôt des feux !). Je maintiens le moteur dans les tours, peut-être même un peu trop, mais je pars quand même plutôt bien. Cette fois, je ne reste pas coincé sur la droite, mais réussi à traverser pour me retrouver plutôt à l’extérieur du premier droite rapide (n°1), mais surtout être bien placé au freinage du gauche serré qui suit (n°2). Cela m’aura permis de gagner 7 places dans le 1er tour, et je me retrouve 17ème. S’ensuit un bagarre sympa avec quelques pilotes, qui me doublent, et que je redouble, ou pas (Frédéric Raffa, par exemple, Triumph n° 20 : j’ai essayé de rester au contact, mais rien à faire, il était un poil trop rapide pour moi !!!). Aux alentours du 8ème tour, comme dans la course 1, je me fais passer dans la ligne droite de départ par le pilote à la BMW. Mais cette fois, j’ai pas envie de me faire embêter comme hier ! Je rentre plus fort que d’habitude dans le droite, le recollant, légèrement décalé vers l’extérieur et lui fait le freinage au gauche qui suit. Ensuite je hausse le rythme pour essayer de le décrocher suffisamment pour qu’il ne me repasse pas dans un bout droit ! En effet, à partir de ce moment, tous les tours restants seront plus rapides que tous les tours précédents, entre des petits 1’24″ et quelques tours en 23 (meilleur en 1’23″678).
Je termine cette course en 14ème position, ce qui, avec la 16ème de la veille, me place 16ème au général du weekend. Il s’agit de mes plus mauvaises places en 4 courses, mais d’un autre coté, c’est la 1ère fois qu’il y a autant d’engagés, donc bon. Et puis le but initial était surtout de me faire plaisir, et ça a bien été le cas, surtout en 2ème course ! J’ai amélioré mon chrono de presque 1 seconde, à 3″3 du meilleur tour de Van Der Slikke (vainqueur, après des soucis de slider en 1ère course qui l’obligent à se contenter d’une 2ème place), et 3″9 du meilleur tour réalisé par Stéphane Chabert (2ème), en 1’19″781 !!

Résultats finale 1
Chronos tour par tour
Classement tour par tour

Prochaine course dans 3 semaines, à Lédenon, où j’ai connu mes meilleurs résultats. J’espère donc faire aussi bien, même si, sans pluie, il sera difficile d’égaler la 6ème place que j’avais effectuée sur le mouillé… Mais ce sera la dernière de la saison, ça serait chouette de bien faire !

Il se trouve que je termine ce compte rendu depuis Lédenon. Les qualifs sont passées, il reste les 2 courses. Mais le moins qu’on puisse dire, c’est que ça commence très mal !!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.