Revenir à Saison Promo-Découverte 2013

Pau Arnos, 28 au 30 juin

Compte rendu du weekend de course à Pau-Arnos, 5ème manche de la saison (la 1ère pour moi), catégorie promo-découverte.

 

C’est reparti pour une (petite) saison !

Après pas mal d’hésitations pendant l’hiver, notamment pour des questions d’ordre budgétaire, j’ai fini par me décider (enfin, plutôt par craquer !!) à repartir pour une saison supplémentaire en Promo-Découverte. Le règlement m’y autorisant à nouveau, et sans changer de moto, puisque le plus ancien millésime autorisé reste à 2000, ce qui est le cas de ma R6 !

Cette décision est tout sauf raisonnable, mais l’idée d’arrêter et de me contenter d’aller voir les potes rouler m’était insupportable !
Afin de limiter un poil les dépenses, je ferai une course de moins que l’an dernier, passant donc de 5 à 4.
Du coup, je décide de ne pas aller à Nogaro ni Pau (un tracé qui me plait pourtant énormément …), et de remplacer ces 2 courses pas Magny-Cours, en plus d’Alès et de Lédenon 1 et 2. Histoire d’avoir le plaisir de rouler sur un circuit de cette envergure, même s’il est évident que le manque de puissance s’y fera cruellement sentir !
Mais déception au moment de l’inscription : Magny-Cours est complet et ultra-complet. J’avoue avoir un peu trop traîné, et il y a déjà une bonne vingtaine de personnes en liste d’attente ! Je laisse donc tomber et refais donc un choix entre Nogaro et Pau-Arnos. C’est ce dernier qui l’emportera, bien que j’aie obtenu de meilleurs résultats en général à Nogaro : Le tracé de Pau me plait vraiment, et le virage à droite très rapide en descente vaut le déplacement à lui tout seul. Frisson garanti !!!
Pour la même raison, mon numéro, le 134, n’est plus disponible. Ouiiiinnnnnn !!!!
Il ne reste plus que des numéros à 3 chiffres, et j’opte donc pour le 161. Pourquoi ? Ben… C’est le seul qui comporte deux « 1 », et donc celui qui prendra le moins de place en largeur !!

 

R6 version Promo Découverte 2013

 

Je me fixe les mêmes objectifs que l’an dernier, car si, règlement oblige, les meilleurs ne seront plus là, ils seront certainement remplacés par des nouveaux venus. De plus, le niveau général des machines risque encore d’augmenter un peu. Donc :
1- Qualification en Finale A
2- Si Finale A, entrer dans les points (donc les 15 premiers), si Finale B, le podium…

Une légère modification du règlement m’oblige à faire encore un peu de peinture cette année : le fond des numéros ne doit plus être blanc, mais jaune… Ce qui, sur ma moto… jaune, risque de faire un peu fade. Coup de bol, il me reste un peu de peinture de l’an dernier, et c’est rectifié très rapidement. Tant pis s’il y aura légère différence de teinte (le fond n’est pas identique) et de brillance (vernies différent). J’ai vraiment trop galéré l’an dernier à la repeindre entièrement, cette année, ça sera du vite fait  Mais bon, ça va, c’est pas carrément dégueulasse non plus !

Je récupère à nouveau la remorque chez mon pote Fabrice. Mais cette année petit changement : En fait il ne s’en sert quasiment jamais, et me propose de me la vendre à prix très raisonnable. Du coup, je la garde et vais pouvoir la modifier un peu pour l’adapter plus spécifiquement à l’usage « transport de moto de course » !!
Dans l’idée, j’aimerais lui adapter une sorte de caisse fourre-tout pour le matériel spécifique, plus un système pour transporter des pneus facilement, et arrimer le barnum proprement… un peu de soudure en perspective quoi !

Dernière petite amélioration, dont l’idée m’est venue par hasard : La batterie de ma SV 1000 S de route est HS (pas tellement étonnant après plus de 8 ans de bons et loyaux services !). Du coup, au lieu d’en racheter une, je décide de la remplacer par celle de la R6 et du coup, je rachète pour celle-ci une batterie au lithium. Le modèle normalement recommandé pour une 600 4 cylindres comporte 6 cellules, mais en usage exclusivement piste, il est indiqué que la version 4 cellules est suffisante. Double avantage : elle est à peine plus chère que celle que j’aurais dû acheter pour la SV, et elle est bien plus légère que celle qui équipait la R6. A peine plus de 400 g, soit plus de 3 Kg de gagnés. A défaut de gagner des chevaux… 😉

Enfin, me voilà prêt à attaquer cette nouvelle saison…
Malheureusement, un événement dramatique m’empêchera de participer à Lédenon 1…
Le décès de mon neveu Rémi, lors d’un accident de moto 10 jours avant, m’affecte énormément. Il avait 23 ans et avait sa moto depuis à peine 2 mois. Il suivait mes courses avec beaucoup d’intérêt, c’était toujours lui que j’informais en premier de mes résultats quand il n’était pas là. Certains d’entre vous l’avaient peut-être croisé, sur les paddocks de Pau et Nogaro, ces 2 dernières années. Un garçon adorable…
Il m’est impossible d’envisager participer à un weekend de course dans cet état. Le cœur n’y est de toute façon pas du tout.
Il devait d’ailleurs à nouveau venir à Pau, en moto cette fois. Du coup j’appréhende un peu cette prochaine course, ne sachant pas trop quel genre de pensées vont m’occuper l’esprit…

Roulera ? Roulera pas ?

Comme l’an dernier, nous allons pouvoir profiter du camping-car du beau-frère et de la belle-sœur, ce qui améliore quand même nettement le confort !
Pour une fois, au lieu du vendredi matin, nous partons le jeudi soir après le boulot, soit vers 19h30, le temps de tout charger. Nous arrivons vers 2h chez eux, près d’Oloron-Sainte Marie, et repartons le lendemain vers 8h30.
Nous arrivons donc vers 10h sur le circuit, où mon pote Charles (Mognetti, GSX-R 1000 n°34) nous a gardé de la place pour installer tout le bazar (voiture, remorque, camping-car, barnum…)

 

Notre installation.

Une fois la mise en place terminée, je file m’inscrire pour une séance d’essais libres, histoire de me dérouiller un peu avant les qualifs. Plus de huit mois sans rouler, ça risque de prendre un peu de temps pour retrouver un rythme de course potable !
J’en profite également pour remplir les formalités administratives, juste avant de passer à table.

 

Le tracé du circuit de Pau-Arnos. La ligne de départ/arrivée se situe entre les points 0 et 1.

Le tracé du circuit de Pau-Arnos. La ligne de départ/arrivée se situe entre les points 0 et 1.

 

Arrive l’heure du roulage. J’y vais relativement lentement au début, histoire de chauffer les pneus, me remémorer un peu les trajectoires, les bons rapports à passer au bon moment. Puis j’accélère peu à peu. Kévin me chronomètre en bord de piste…
Le verdict donnera un très très moyen 1’30″5.
Pour rappel, j’étais en 1’27″486 l’an dernier aux qualifs, puis 1’26″460 en course… Bon, rien de trop catastrophique encore : 8 mois sans roulage, forcément ça ne revient pas en moins de 20 minutes, surtout que j’ai le train de pneus de l’an dernier. Sachant qu’il a 2 weekends de course complets plus une journée de roulage au Luc (et 3 courses de plus pour le pneu avant).
Et j’ai beaucoup d’erreurs à corriger : trajectoires où je rentre vraiment trop tôt dans les virages, quelques changements de rapports à améliorer, pour éviter de me retrouver au rupteur (surtout que normalement, pour éviter de perdre des watts, il vaut mieux que je passe mes rapports environ 500 trs/min avant la zone rouge…). Et, dans ce fameux long droite en descente que j’apprécie tant (G), il me manque plus de 20 km/h par rapport à l’an dernier !
De quoi travailler quoi ! Je compte d’ailleurs un peu sur le traditionnel tour de circuit à pied ce soir pour dégrossir tout ça…

 

Pau 2013, Essais libres

Promosport Pau-Arnos2013: Roulage libre Promo-Découverte.

 

Vient donc ensuite le moment des vérifs techniques…
Et là, comme l’an dernier pour l’ouverture à Lédenon, on pinaille longuement sur mon « certificat de conformité » (moto RSV). C’était passé sans soucis la première année, l’an dernier il y avait eu un bon ¼ d’heure de discussion mais ça avait été accepté, et cette année… rien du tout ! On me refuse ce certificat car il n’y est pas inscrit mot pour mot que ma moto « ne présente pas de danger ».
Je leur montre quand même le livret technique de l’an dernier, qui prouve bien que la moto avait été acceptée comme ça. On me répond que le règlement a changé, et qu’il est bien spécifié qu’il faut un papier d’un professionnel spécifiant que la moto ne présente pas de danger… Il me faut donc appeler  le concessionnaire pour lui demander de refaire un papier et de l’envoyer par mail au circuit.
Après discussion avec le gars, qui se montre plutôt extrêmement compréhensif (surtout qu’il ne m’a vu qu’une seule fois, il y a 2 ans !!), et accord de son boss, le mail avec le papier qui va bien arrive enfin sur la boite mail du circuit (après une 2ème tentative, la 1ère n’ayant pas abouti, petite chaleur supplémentaire), et je peux enfin avoir mon contrôle technique validé ! Purée, ça aura pris 2h30, et généré un bon coup de stress : L’idée de m’être tapé plus de 1000km aller-retour, plus les frais d’inscription, pour finalement ne pas rouler, n’étais pas super agréable !!!
Vérification faite : le règlement n’a pas changé d’un seul mot sur le point qui précise l’engagement de motos RSV…
Bref, c’est OK, n’y pensons plus ! En route pour le briefing, classique, rien à signaler, puis le tour de circuit à pied. Et là, j’ai beau « bien » connaitre cette piste, je vois clairement que mes trajs du roulage de tout à l’heure étaient bien trop « prudentes » : je rentre bien trop tôt dans beaucoup de virages, je note des repaires que j’avais oubliés, je rétrograde à des endroits où je ne devrais pas (entrée du S rapide après la ligne de départ notamment)… Avec ça, y a moyen de gagner beaucoup de temps demain aux qualifs !
Allez hop, c’est l’heure du repas : Jonathan (Lucchini, GSX-R 600 #298) nous rejoint avec son pote Antoine Serasset (Yam R1#98), qui roule en 1000 Promo, sous notre barnum commun avec Charles.
Jonathan est un peu dépité: Après installation récente d’un G-Pack et passage au banc plutôt concluant, voilà que sa moto refuse de prendre des tours et régule autour des 12000 tours. Autant dire que pour une GSX-R 600, ça doit représenter la perte d’un gros paquet de chevaux !
Le pauvre va passer une grosse partie de son weekend à mécaniquer, appeler le préparateur pour tenter de diagnostiquer l’origine de la panne, essayer sa moto à chaque fois qu’il pense avoir un mieux…
Apéro, grillades, on discute de tout et de rien, mais surtout moto… Un des côtés super agréables de ces weekends de course !! Dommage que beaucoup ne soient plus là cette année. Je pense notamment à Christian Cornelis, Thierry Cheynoux, Christophe Loiry, avec qui il était toujours bien agréable de se retrouver…
Puis direction le dodo.

Qualifs: Recherche du bon rythme…

Réveil pas trop matinal, puisque je roule en 1ère série, à 10h45. Le temps de me réveiller tranquillou, astiquer un peu la moto et zou, c’est parti.
Un premier tour calme, pour visualiser les trajectoires mémorisées hier pendant le tour à pied et pour roder un peu les pneus neufs montés hier soir.
En effet, la combinaison « pneus neufs-trajs améliorées-confiance retrouvée » fait que je pense aller bien plus vite que lors du roulage d’hier. Les sensations reviennent peu à peu, mais il en manque surement encore un peu avant de retrouver le niveau de l’an dernier. Rien que ma vitesse de passage dans le long droite en descente (G) (il me sert de référence celui-là !) me prouve qu’il faut envoyer encore plus pour bien faire. J’y ai vu entre 220 et 225 compteur au mieux. Plus rapide qu’hier, mais l’an dernier, en fin de weekend, c’était plutôt 240 – 242…
Le verdict du chrono me soulage un peu : 1’28″107. Plus de 2 secondes gagnées par rapport à hier. Même s’il en manque encore presque 2 par rapport à l’an dernier, y a du progrès.
Par contre, au classement, je suis 16ème temps sur 28 dans cette série, à 4″2 de la pôle quand même. Houla ! Pas gagné pour la finale A !!
Heureusement, la série 2 sera bien moins rapide, et seuls 8 pilotes feront mieux que moi, ce qui me positionne 24ème sur 55, soit en finale A, 8ème ligne…
Finalement, c’est un poil mieux que l’an dernier (27ème). L’inconvénient c’est que je pars du côté droit, donc à l’intérieur de l’entrée du esse rapide… A choisir, je préfère l’extérieur : Moins de chance de se faire coincer, et en cas de soucis, il y a une bonne bande de béton qui sert d’échappatoire…
Bon, il est l’heure d’aller manger, puis petite sieste avant le départ, prévu à 16h30.

 

Pau 2013, Consolante 1000

Promosport Pau-Arnos2013: Consolante 1000.

 

Pour Jonathan, par contre, c’est la catastrophe: Sa moto refuse toujours de prendre ses tours et n’avance pas. Il ne fait qu’un tour et se qualifiera donc dernier, alors qu’en temps normal, il a largement sa place en Finale A… 🙁

Les résultats des qualifs:

Série 1Tour par tour
Série 2Tour par tour
Classement général

Finale 1 hachée

Cette course va être plutôt compliquée à gérer.
Après un premier départ relativement réussi, où je grapille quelques places, nous sommes interrompus par un drapeau rouge dès le 1er tour.
Le temps de nous remettre en place, après quelques petites minutes d’attente, nous repartons pour un tour de chauffe et une nouvelle course, ramenée à 13 tours au lieu des 15 initiaux.
Ce nouveau départ me réussit plutôt bien, puisque je gagne une grosse poignée de places dès le lâcher d’embrayage, pour finir par boucler le 1er tour en 15ème position !
Je gagne encore une place au 2ème tour, puis en perd quelques-unes dans les tours suivants. Vers le 6ème tour, je vois un pilote par terre dans le grand gauche (D), puis un autre dans le double droit (B) qui suit la chicane de la ligne de départ. En repassant dans le gauche, je vois que le pilote est toujours au même endroit. Aïe, pas bon ça, et ça sent le drapeau rouge…
Ce qui ne manque pas d’arriver quelques virages plus tard. Cette fois on rentre sur la voie des stands, le temps que les pilotes et motos soient évacués. Cela va prendre une bonne dizaine de minutes.
On nous annonce que la course va reprendre pour 5 tours, avec procédure de départ normale (donc tour de reconnaissance, puis de chauffe), et que ceux qui pensent être justes en essence peuvent ravitailler s’ils le souhaitent. Bien sûr, sans quitter la voie des stands. C’est mon cas, car j’ai mesuré ma quantité d’essence de façon à mettre juste le nécessaire pour la course (15 tours, plus les 2 tours avant le départ, ainsi que le tour de sortie…), avec une petite sécurité d’un litre quand même, au cas où, car je ne connais pas précisément ma consommation. Là, avec tous ces imprévus, on en est facilement à 2 ou 3 tours supplémentaires et ça risque d’être très juste …
Le soucis, c’est que ma clé de contact n’ouvre pas le réservoir, et pas le temps d’appeler quelqu’un pour qu’il aille chercher la bonne clé… Zut, pas génial ça !
Du coup, je fais le tour de mise en place très tranquillement, et le tour de chauffe bien plus cool que d’habitude, tout en essayant quand même de chauffer les pneus.
Et c’est parti pour 5 tours supplémentaires, depuis la 15ème place (ma position au moment de l’arrêt de la course) donc. Départ correct, sans plus. Je gagne quelques places. Mais dans le premier tour, je reperds directement toutes ces places gagnées… Trop long à me mettre dans le rythme. Le tour de chauffe tranquille, c’est pas une bonne idée en fait !
Je retrouve ma vitesse normale et me retrouve en bagarre avec 1 autre pilote, que je n’ai malheureusement pas reconnu ! Mais le scénario est plusieurs fois le même : il me dépasse dans la ligne droite de départ, et je le repasse dans le gauche en sortie de la 1ère chicane (A). J’essaie de rentrer le plus fort possible, en essayant surtout de ne pas couper les gaz quand je reviens sur lui dans le 1er droite, pour redresser très légèrement après lui et lui faire l’exter dans le gauche. Ça passe sans encombre car il a une trajectoire propre et régulière dans cette chicane. Vaudrait mieux pas qu’il élargisse trop le 2ème virage, parce que ça passe parfois assez fin, genre mon guidon gauche à 20 cm de son dosseret de selle !!
Je finis par mettre un petit peu de distance entre nous et termine cette course en 15ème position, soit ma place sur la grille au départ de la 2ème partie.
Mais le cumul des 2 manches me place finalement 16ème… Et zut : pas de points !
Point de vue chrono, je suis descendu, dans la 2ème partie, en 1’27″1. Plus qu’à 7 dixièmes de l’an dernier, ça se rapproche !
Félicitations de mon pote Stéphane Rameil (ZX-10R #89 en 1000 promo) au moment de quitter la piste, qui a bien apprécié les dépassements dans la chicane !

 

Pau 2013, Course1A

Promosport Pau-Arnos2013: Promo-Découverte Groupe A, Finale 1.

.

A noter une très belle 5ème place en Finale B pour Charles, après une bagarre intense pour la 4ème place. Ainsi, malheureusement, que l’abandon rapide de Jonathan, toujours en proie à un énorme manque de puissance… 🙁

.

Pau 2013, Course1B

Promosport Pau-Arnos2013: Promo-Découverte Groupe B, Finale 1.

S’ensuivra une soirée apéro grillades bien sympathique, mon beau-frère et ma belle-sœur (les proprios du camping-car donc…) étant venus voir la course et passer la soirée avec nous… On peut se permettre de se coucher assez tard : La finale 2 est prévue à 14h.

Les résultats de la Finale 1:

Classement Tour par tour Lap chart

Finale 2

Pour la 2ème course, j’ajuste un peu plus la quantité d’essence : hier, malgré les tours supplémentaires, je n’ai consommé que 7 litres, sur les 8,5 que j’avais mis au départ. J’en remets cette fois seulement 7,5… Pour finalement rajouter encore ½ litre avant le départ. Ça serait vraiment trop con de ne pas finir pour avoir voulu économiser moins de 400g !!!
pour la première fois, je vais partir pneus chauds : La finale B de Charles ayant lieu juste avant la mienne, je récupère ses couvertures chauffantes dès qu’il les retire. 40 minutes, c’est un peu juste, mais ça sera déjà mieux que d’habitude !
Bon, au moment où je les retire, les pneus sont bien chauds, mais les jantes juste tièdes…
En prégrille, je tape la discute avec 2 jeunes ados sympas, simples spectateurs du weekend, qui se sont approchés de moi et ont plein de questions à me poser ! Bien sûr, je leur réponds avec plaisir : ils me rappellent comment j’étais à leur âge, et comment je pouvais baver devant les bécanes en général, et de course en particulier !!!
Quand ils me demandent si je ne suis pas trop stressé, je leur dis que ça peut aller, et que le fait  de discuter avec eux me détend, ça change les idées. Du coup ils ne me quittent plus !
Ils m’encouragent au moment où je quitte la prégrille, en me disant qu’ils vont suivre ma course. Sympas les jeunes !

Allez, c’est parti pour cette dernière course du weekend. Je suis décidé à essayer d’envoyer dès le 1er tour, motivé par les pneus plus chauds que d’habitude, je fais un tour de chauffe plutôt rapide, puis vient le départ.
Je pars assez bien, et profite d’avoir décollé un peu mieux que les 2 gars à ma gauche pour traverser rapidement la piste et aborder la chicane par l’extérieur, quitte à mordre un peu su le béton du gauche en sortie . Je boucle le premier tour en 16ème position.
Il y a quand même un petit inconvénient à gagner beaucoup de places d’entrée comme ça : C’est qu’on se retrouve aussitôt au milieu de pilotes qui étaient pas mal plus rapides aux qualifs !! Ce qui fait que je ne vais en fait plus trop gagner de places…
Je vais même en perdre une au 3ème tour, puis une autre au 4ème. Je ne suis pourtant pas spécialement sur un mauvais rythme, puisque je suis dans les 1’27″. Je tente malgré tout de m’accrocher, et revient doucement sur un groupe de 4 ou 5 pilotes. Je les ramarre vers le 5 ou 6ème tour, mais ne parviens pas à doubler. Puis les derniers de ce groupe arrivent à trouver l’ouverture sur ceux de devant et s’en vont peu à peu.
Je parviens à mon tour à passer un pilote (Mathieu Guillet, Yam #197), au 9ème tour, puis recolle le suivant, Gregory Spiess (Yam R1 #291), avec qui nous aurons une sympathique petite bagarre. Je le passe une première fois au freinage du petit gauche serré (H) qui suit le long droit en descente. Il me repasse ensuite au niveau de la ligne droite d’arrivée, mais je le repasse immédiatement en freinant plus tard et entrant plus fort dans le 1er droite de la chicane (A). Nous venons d’attaquer le 12ème tour. Il en reste 4 (ce que je ne sais pas à ce moment-là, car je n’ai jamais pensé à regarder le décompte des tours donné par la direction de course !).
Devant, il y a un petit écart, mais pas grand-chose quand même. Je m’applique pour essayer de revenir sur le suivant : Georges Sanna (Kawasaki ZX-6R #163). Je reviens, mais il a encore quelques longueurs d’avance lorsqu’enfin je me décide à regarder le panneautage : Bon sang, c’est le dernier tour ! Allez, je me dis que c’est peut-être jouable, et m’applique autant que je peux  Je suis presque au contact à la sortie du grand gauche (D), et pense pouvoir l’attaquer dans la descente (G).
Mais le bougre ne se laisse pas faire, et passe quand même très vite dans ce long droite. Cela ne me permet pas de me porter à sa hauteur. Mais il serre l’entrée du gauche (H) en fermant la porte. Je me dis que je vais entrer très fort en élargissant, de façon à pouvoir croiser sa traj’ et le passer en accélérant plus tôt en sortie. Manque de bol, je ne peux pas croiser car il est à mon niveau. Je garde quand même gaz en grand et, comme j’ai accéléré plus tôt, parviens à le passer avant la chicane serrée, dite « Laguna Seca » (I). Je reste devant au freinage, et donc dans la chicane, puis dans le bout droit qui suit. Reste maintenant à soigner le dernier droit (J), surtout la sortie, de façon à ne pas me faire reprendre avant la ligne ! Mon entrée dans ce virage est loin d’être nickel, mais il ne passe pas là, et l’important, c’est la sortie ! J’essaie d’accélérer tôt, mais je sens que j’ai un peu merdé, pas mis les gaz assez fort assez tôt, et je l’entends qui remonte sur ma droite, et la ligne est encore assez loin… Aaarrrrgghh ! Il me passe, peut-être 15m avant la ligne !!!
Je finirai encore une fois 16ème, à 9 centièmes du point de la 15ème place !!!
On se marre et se félicite dans le tour d’honneur, pour cette bagarre au coude à coude, mais très correcte, puis c’est la sortie du circuit.
Surprise : les 2 jeunes sont là qui m’attendent et me félicitent pour la bagarre ! Sympas !

 

Pau 2013, Course2A

Promosport Pau-Arnos2013: Promo-Découverte Groupe A, Finale 2.

 

Petite baisse de régime pour Charles, qui finira 13ème cette Finale 2.
Par contre, pour Jonathan, la donne a changé: il a trouvé la panne sur sa moto, et fait une superbe remontée, de la dernière place à la 5ème ! Avec une énorme chaleur à l’arrivée, le pilote avec qui il était en bagarre se payant une énooorme chute à quelques mètres de la ligne d’arrivée !

 

Pau 2013, Course2B

Promosport Pau-Arnos2013: Promo-Découverte Groupe B, Finale 2.

 

Les résultats de la Finale 2:

Classement Tour par tour Lap chart

Petit bonus, déniché sur le web: Une vidéo de la course filmée par Mathieu Guillet, Yamaha R6 #197, qui finit 2 places derrière moi en finale 2.
En fait la 1ère partie de la vidéo est le début de la finale 1 puis, vers 2’45 », on passe à la fin de la finale 2. A ce moment là, je suis le 1er des 3 pilotes de devant, puis je me retrouve juste devant la caméra au moment de passer la chicane…

Reste à profiter un peu de la fin d’après-midi, en regardant les autres courses, ou en buvant une bière ensemble, puis il est temps de tout remballer.
Il reste encore à ramener le camping-car, et nous ne serons pas rentrés avant 1h du matin.
Entre la fatigue du weekend, du trajet, le couché tardif et les images plein la tête, le retour à la réalité du lundi matin s’annonce difficile !!!

 

Bilan : Ben aucun point marqué… Il s’en est fallu de peu, mais j’échoue par deux fois à la 16ème place.
Mais un super weekend quand même :
– Pour l’ambiance sympathique et détendue avec les potes et la famille.
– Pour les bagarres en piste qui, quand elles ont lieu, font une grande partie de l’intérêt de ces courses !
– Enfin parce que j’ai réussi, en Finale 2, à améliorer légèrement mon meilleur temps de l’an dernier : 1’26″256, soit 2 dixièmes de mieux.

Rendez-vous les 24 et 25 aout au Pôle Mécanique d’Alès !!

(1 commentaire)

1 ping

    • ROBERT BENAZET on 15 août 2013 at 21 h 18 min

    …chouette ta course, à une place prés tu marquais tes points…….ça sera pour la prochaine

  1. […] Pau Arnos, 28 au 30 juin […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.